Critique du livre : "Morihei Ueshiba – Aïkido, enseignements du fondateur"


Auteurs : John Stevens et Walter Krenner, traduit de l’américain par Christophe Champclaux. Guy Trédaniel éditeur ©2000

Titre original : Training with the master, lessons with Morihei Ueshiba, founder of Aikido.

Dans un format agréable (17 X 23), ce livre rassemble en 160 pages une impressionnante collection de 160 photos. On y découvre O Sensei âgé de 84 ans. On peut, au fil des pages le suivre dans sa vie quotidienne et lors d’une séance d’entraînement, véritable cours, leçon de vie. Les photos dégagent un « naturel », aucune n’étant (selon les auteurs) ni arrangée ni posée. On remarquera cependant des photos du Maître arborant un large sourire édenté (page 119) et quelques pages plus loin ce dernier affublé d’un magnifique dentier (page 128) ce qui laisse supposer une séance photo.

Le livre s’articule en trois parties. Une courte biographie du Maître, une série de photos originales développées à Shinjuku en 1967 présentant entraînement et vie quotidienne, enfin des citations de O Sensei.

Aikido, Enseignements du Fondateur - Guy Trédaniel Editeur

La Biographie de O Sensei

Si celle-ci est volontairement condensée, elle offre néanmoins des révélations intéressantes comme l’élongation volontaire de Morihei Ueshiba qui, ne possédant pas les 1,57m requis pour intégrer l’armée japonaise, s’attacha pendant des heures des poids aux pieds, pendu à un arbre afin de gagner le centimètre qui lui manquait.

O Sensei après son illumination au printemps 1925

O Sensei après son illumination au printemps 1925

Les illustrations originales de cette biographie ont été fournies par Kishomaru Ueshiba. Elles nous permettent de découvrir O Sensei de 34 à 53 ans en pleine pratique de son art.

Une illustration rare est la représentation de Morihei Ueshiba dans sa forme transfigurée après qu’il a reçu son illumination au printemps 1925 (page 18).

Chacune des partie qui suit s’ouvre sur une calligraphie du maître :

  • 修行 Shugyo : l’entraînement intense
  • 道 Dô : la voie (cette calligraphie est particulièrement ronde et harmonieuse et on se laisse bercer par la beauté des courbes)
  • 平和 Heiwa : la paix

Les illustrations de O Sensei

La partie qui fait suite rassemble 88 illustrations prises au dojo Hombu. Elles sont organisées comme le déroulement d’un cours, du rituel de salut « le Budo commence et finit avec le respect » aux étirements de fin de cours.

Les photos sont grandes et très souvent présentées en pleine page. Maître Ueshiba semble sur chacune de ces représentations vibrant de jeunesse et adopte des attitudes que l’on n’a pas l’habitude de voir dans des livres dédiés à l’Aïkido.

Loin d’une démonstration technique, cette série de photo est une invitation à un voyage qui, tel un misogi, aide à réduire l’écart entre le physique et les royaumes spirituels. A côté de cet aspect, on trouvera néanmoins de nombreuses représentations de O Sensei pratiquant irimi-nage, Shiho-nage, Kokyu-nage, Ude-garami,….

Présenté comme une suite, véritables planches photographiques, les clichés semblent saisir l’instant où l’intensité du Maître est palpable.

Les 55 photographies suivantes sont prises hors de l’entraînement. Habillé en kimono traditionnel, O Sensei apparaît sur la plupart des clichés relaxé, adoptant souvent la posture de « l’aisance royale » (Rajalilasana). On découvre également des clichés très personnels, presque impudiques tant ils donnent l’impression de pénétrer l’intimité de la vie du Maître.

Un cliché (page 119) nous révèle un aspect souvent caché du Maître… ses poignets solides et très larges proportionnellement à la taille de l’individu. On le voit également ouvrant une lettre, buvant du thé ou dégustant une pâtisserie.

Les paroles de O Sensei

La dernière partie présente une compilation de paroles, poèmes et calligraphie de Morihei Ueshiba.

Les textes ont été d’ailleurs repris sous la forme d’une édition séparée publiée chez le même éditeur et dont la critique peut être consultée ICI.

On trouvera dans cette version quelques minimes différences de traduction (page 149 : les techniques emploient quatre qualités qui reflètent la nature de notre monde, au lieu de, les techniques s’appuient sur…) et quelques pensées qui n’ont pas été publiées dans « le petit livre jaune ».

Dans l’une ou l’autre des versions, même si l’ordre exact des présentations n’est pas le même, l’ouvrage se termine par une ouverture vers le divin, le cosmos et l’univers.

Au travers de superbes photographies, on rencontre O Sensei au sommet de sa quête spirituelle. Loin d’un ouvrage technique, ce livre est réservé aux pratiquants assidus et passionnés ayant envie d’intégrer la dimension spirituelle dans leur pratique. Un ouvrage beau, noble, qui ne peut laisser indifférent.

Si Morihei Ueshiba disait « Négligez les ouvrages sur l’aïkido parce qu’ils ne peuvent rendre sensible l’essence même de cet art », ce livre pourrait le faire mentir tant il rend réellement sensible l’essence même de cet art. Un superbe ouvrage pour les passionnés.

Critique de livre rédigée par Jeff de www.budokrd.com

 

 

Commentaires: 4 commentaires

Devenez fan

Amazon Prime

Coin des vidéos